dimanche 29 janvier 2017

La la land

Je vous propose 8 bonnes raisons de voir/ ne pas voir ce film, qui fait un buzz bien immérité, mais qui a quand même quelques atouts: à vous de choisir :
  1. Un titre ridicule : je cherche encore pourquoi ce lala, si ce n'est pour les quelques notes au Piano qui constituent un mince fil rouge
  2. Pas assez de danse !  il y a 3 scènes de "comédie musicale" dansée, qui sont très chouettes : l'intro du film, superbe au style West Side Story, une jolie scène de claquettes style Fred Astair, et la magnifique "conclusion", très Jacques Demy. Cela doit représenter 20 mn sur 2 heures terriblement longues.
  3. Pour une comédie musicale, les chansons sont inexistantes, et sans épaisseur. Heureusement que Ryan Gosling s'est mis au piano, il semble virtuose, et ça lui va bien.
  4. Un scénario romantique plat comme une crêpe : mièvrerie assurée. A peine 2/3 baisers de cinéma, et ne vous attendez pas à fondre devant le beau Ryan : peu d'émotion, ça va trop vite, ça bavarde trop ! Mais ils sont si beaux.. on peut rêver un peu quand même !
  5. Emma Stone remplit l'écran : elle est bourrée de charme, mais il vaut mieux aimer sa moue coquine. Et sa garde robe est tout à fait parfaite : sexy classique, un brin ringarde de temps en temps, coupe de cheveux impeccable et dynamique !
  6. Une morale bien fade sur les choix à faire dans la vie pour réussir : heureusement que le happy end apporte un zeste de surprise
  7. Des images magnifiques de Hollywood, de la ville vue d'en haut, des superbes prises de vue, des couchers de soleils absolutely romantics ! Bravo pour cette balade américaine bien propre et esthétique, des street art, des boites de jazz, des appartements bien américains..
  8. Un style Woody Allen... à moins que ce soit Emma Stone qui nous rappelle d'autres films d'une autre dimension !
Bon, vous l'aurez compris, un film qui cherchera son public..


mardi 1 novembre 2016

So smart


Coup de colère ce matin dans le métro en observant une maman qui jouait sur son smartphone avec un petit garçon dans les bras qui avait beau soupirer et se tordre, mais sa mère n’y prêtait aucune attention !

Autres scènes : les déjeuners en famille où les jeunes ont leur portable sur les genoux pour ne pas être vus ! Et ce malgré la règle familiale.. pas à table !

Autre effet pervers du smartphone : les selfies devant tous les monuments du monde. Envahis par ces touristes qui dégainent la perche devant chaque paysage, sujet principal de leur voyage : montrer qu'on y était.

Enfin au musée, lorsque le gardien n'est pas trop regardant, certains visiteurs photographient chaque tableau, et les galeries se transforment en cortège de smartphones... à la queue leu leu devant les oeuvres (parce qu'il faut être bien en face pour éviter les reflets)

Sans parler du côté plutôt humoristique de certaines scènes comme un couple à table chacun sur son appareil, la célèbre photo de Hilary Clinton derrière son public lui tournant le dos... ou les sinistres accidents de "selfie" trop près du vide, des vagues, des requins...

Combien d'addicts (de tout âge) vont attraper des bonbons ou des mini-héros sur des écrans de 20 cm2, s'user les yeux en scrutant la forme qui tombe mais aussi écrire d'inutiles conversations, scruter des chats mignons et des recettes sur Facebook et liker sur tout ce qui fait sourire béatement et bêtement en pleine "inconscience"....?

Aujourd'hui on a besoin de remplir nos vies, et nos vides, par ces réseaux sociaux et ces outils tellement incroyables, mais heureusement, et finalement comme pour toute forme de culture, il existe des jeux de lettres ou de logique, des posts magnifiques qui nous font voyager au bout du monde, des blogs pour apprendre sur toutes nos passions, des photos magnifiques ou simplement qui nous rapprochent de ceux qui sont loin...

Alors tant pis, ceux qui usent leur temps de cerveau disponible sur des "bêtises" ne m'empêcheront pas de faire bon usage du monde au bout de mes doigts et d'être totalement connectée à tout moment de temps libre ! Et surtout, mon smartphone ne fera jamais concurrence à un bon livre, un bon film, un bon repas entre amis et une bonne soirée débranchée !







vendredi 7 octobre 2016

Happy End for Bridget

Chère Bridget,
merci pour ce happy end que tu nous sers sans trop de guimauve et en gardant ce petit air niais qui fait ton charme ou surtout qui permet à nous autres, filles normales de se trouver un peu moins stupides que toi ! Tes séries catastrophes, gamelle dans la boue, code pin perdu, sac oublié, clés introuvables, coiffures improbables, micro pas éteint, anniversaire raté.. et j'en passe.. me font toujours rire et chaque fois je me sens plus légère (et je parle bien de kilos aussi), plus jolie (oui, avoue que les gros plans sur le gras et les rides ne sont pas à ton avantage), et surtout finalement beaucoup moins bête !

Mais, chère Bridget, as tu bien réfléchi entre Jack et Marc ? L'un te couvre de fleurs et de baisers, de gâteaux et est toujours là.. et l'autre a du mal à caser 2 mots, sans parler de mots d'amour.. et Jack est si beau, moi je me serais noyée dans ses bras, avoue que tu as hésité quand même ! Mais bon, tu es une gentille fille, et l'autre introverti te fait chavirer avec son air de chien battu, de victime et de grand benêt malheureux.. ça ne se discute pas.

Comme toujours, tu te mets dans un pétrin cocasse pour une histoire de préservatifs périmés, et ton accouchement est à la hauteur de ta réputation de fille qui s'en sort presque toute seule ! Heureusement que ta gynéco est chouette, tu pouvais au moins compter sur elle plutôt que les deux playboys qui profitent que tu sois incapable de bouger pour te faire leur déclaration ! eh oui, le romantisme au pire moment de ta vie.. merci Marc !

Alors Bridget, c'est fini tout ça, tu es casée maintenant ? Mère de famille parfaite : LOL... j'attends la suite, parce que tu vas forcément oublier ton bébé au supermarché, craquer pour le babysitter,  foirer les biberons et bien d'autres encore que je ne peux même pas imaginer tellement ma vie à moi est simple, facile, rangée et pas drôle du tout !

Sans rancune Bridget, be Happy in Love ! tu resteras mon amie pour toujours depuis notre première rencontre... il y a au moins 15 ans !
sophie






mardi 27 septembre 2016

Sorolla

A la découverte d'un magnifique peintre espagnol, Joaquin SOROLLA, exposé à Giverny dans ce magnifique village de Monet.

Superbes jeux de lumières dans la grande voile de son tableau "Cousant la voile", ainsi que dans les murs couverts de Roses et de Géraniums.. c'est un vrai coup de foudre que j'ai ressenti devant cette grande toile !


De style impressionniste, il présente de magnifiques tableaux en bord de mer, où l'eau est si transparente qu'on pourrait la sentir sur la peau. Ses enfants jouant dans l'eau sont remarquables de vérité et de douceur.

Une magnifique découverte pour moi qui aime tant ces impressionnistes, et ne me lasse jamais de leur talent.


mardi 13 septembre 2016

Silence !

"Dans l'air, ce parfum exquis de gardénias et d'orangers, qui se condense le soir sous le feuillage épais ; un grand silence, mêlé de bruissements d'insectes sous les herbes." Pierre LOTI, 1882

J'habite au dessus d'une école maternelle, et je suis au chômage, chez moi. On ne peut pas imaginer les hurlements d'une horde de petits enfants lâchés dans une cour après une heure enfermés en classe, si on ne l'a pas vécu. Jamais je n'aurai pensé que cela me dérangerait autant et m'empêcherait de me concentrer, et même deviendrait obsédant au point de câler ma journée sur leurs heures de récréation.

Face à cette intrusion dans mon espace vital, je comprends combien le Silence m'est essentiel. Il maintient mon esprit au calme, m'offre une introspection et une pause avec moi même.

Adoubé par les poètes et les romantiques en particulier, le silence est glorifié dans la nature, les champs et les forêts, où se faufilent en surimpression tous ces bruits d'animaux, d'oiseaux, de vent, de mer... Drôle de paradoxe que les bruits de la nature puissants, entêtants, stridants.. qui font ressortir le silence.

Il y a tant de silences.
Le silence de l'église, en communion avec la foi.
Le rare silence de la nuit, quand la ville dort quelques heures.
Mais aussi le silence de la solitude, de la mort, de l'absence d'un être cher.
Celui de la souffrance qui ne peut pas si dire. Il peut être épais et lourd, chargé de malheur et de noirceur.
Certains peut-être le fuient, d'autres le recherchent.

Et il y a tellement trop de bruit dans ma vie. Difficile de citer des moments où on n'entend rien, vraiment rien. Autant que l'espace, c'est le silence qui me semble une chose devenue rare dans ma vie. Et précieuse. Et un bel objectif de changement qui viendra !

A découvrir : le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales : cnrtl.fr/definition/silence

samedi 3 septembre 2016

Divines

A l'affiche du film DIVINES, deux filles géniales riches en amitié et en courage.
Dounia et Maimouna (beur et black) sont des amies inséparables. Lorsque Dounia quitte l'école -après une scène terrible-, elle plonge dans l'univers des petits délits pour gagner de l'argent, en acceptant les règles de la "chef" de la cité !

La découverte d'un jeune danseur par les deux jeunes filles cachées dans les coulisses, élève Dounia vers des émotions nouvelles, et ces  moments de danse, de musique et de grâce apportent une douce lumière au film. Au propre comme au figuré, grâce à des points de vue et d'éclairage qui jouent entre ombre et lumière, haut et bas.

Ce qui n'empêchera pas le drame, et la réalité de la cité se résume dans la dernière scène où les pompiers refusent d'intervenir dans ce monde hostile.

Ces deux actrices sont vraies, joyeuses, simples et illuminent ce beau film sur la vie dans la banlieue française.